Contributors / Collaborateurs - Collaborateurs / Contributors -

Contributors / Collaborateurs
Collaborateurs / Contributors

NICOLE CÔTÉ s’intéresse à la littérature franco-canadienne et québécoise, ainsi qu’à la traduction littéraire d’auteurs canadiens. Auteure de deux anthologies de nouvelles du Canada anglais, (Nouvelles du Canada anglais, 1999; Vers le rivage, 2002), elle a codirigé Varieties of Exile: New Essays on Mavis Gallant (Peter Lang, 2002) et traduit Verre de tempête (Instant même, 1997) et Petites fleurs de madame de Montespan (Tryptique, 2000), de Jane Urquhart. Sa traduction de Perfection du Matin de Sharon Butala paraîtra en 2007. Elle a co-dirigé Expressions de la francophonie mondiale, qui doit paraître chez Nota Bene 2007 et collaboré à plusieurs ouvrages dont le DOLQ (2003, 2008), Le métier du double (dir. A. Whitfield, Fides, 2005), The child in French and Francophone Literature (dir. N. Buford, Rodopi FLS, 2004) et Intersubjectivity: Identities in-between Self and Other (dir. S. Horstkotte et E. Peeren, Rodopi, sous presse). Elle a collaboré à plusieurs revues, dont Voix et Images et UTQ.

CATHERINE CYR poursuit présentement un doctorat en Études et pratiques des arts à l’UQÀM. Ses recherches portent sur l'inscription des imaginaires du féminin dans le théâtre actuel— dramaturgie, mise en scène.

ADELINE GENDRON poursuit actuellement des études de doctorat au département de Littérature - Arts de la scène et de l’écran de l’Université à Laval. Ses recherches portent sur le théâtre-danse au Québec, en particulier sur les compagnies Carbone 14 et Pigeons International. Elle enseigne aussi au Collège Marie-Victorin, à Montréal, et est adjointe à la rédactrice en chef pour Rappels, répertoire analytique de la saison théâtrale 2006-2007.

LUCIE HOTTE est titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures et les littératures francophones du Canada et professeure agrégée au Département des Lettres françaises de l’Université d’Ottawa, où elle enseigne les littératures québécoise et franco-ontarienne. Elle a publié de nombreux articles portant aussi bien sur les textes franco-ontariens (romans, poésie, théâtre), sur la critique que sur les enjeux institutionnels. Elle travaille présentement avec Johanne Mélançon à une recherche subventionnée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada portant sur l’identité, l’altérité et l’éthique en littérature franco-ontarienne

JOHANNE MELANÇON est professeure au département d'études françaises de l’Université Laurentienne. Elle s’intéresse à la littérature et à la chanson en Ontario français, de même qu’à la chanson québécoise. Elle a publié des articles portant entre autres sur Maurice Henrie, Michel Ouellette, Swing et Deux-Saisons, Jean Marc Dalpé et sur les chansons de Brasse-Camarade. Elle a codirigé avec Lucie Hotte l’ouvrage Thèmes et variations: regards sur la littérature franco-ontarienne, paru chez Prise de parole en 2006. Elle est également co-chercheure associée à la Chaire de recherche en culture et littératures francophones du Canada du CRCF, Université d'Ottawa.

STÉPHANIE NUTTING est professeure agrégée au Département d’études françaises à l’Université de Guelph (Ontario) où elle donne des cours de langue et de littérature depuis 1996. Ses principales recherches portent sur les dramaturgies canadienne-fran-çaise et québécoise. Auteure d’une monographie intitulée Le tragique dans le théâtre québécois et canadien-français, 1950-1989 (Edwin Mellen Press), elle a collaboré à diverses revues dont Voix et images, The French Review, Spirale et Liaison. Elle a récemment publié Jean Marc Dalpé. Ouvrier d’un dire (Prise de parole, 2006), un ouvrage collectif codirigé avec François Paré.

MICHEL OUELLETTE est né à Smooth Rock Falls, dans le nord de l’Ontario. Il se consacre à l’écriture depuis une vingtaine d’années. Ses pièces ont été produites par la majorité des compagnies de théâtre franco-ontarien. Il a reçu plusieurs prix pour ses œuvres, dont le prix du Gouverneur général, en 1994, pour French Town, et le prix Trillium, en 2003, pour Le testament du couturier. Il complète présentement un doctorat en lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Il habite à Gatineau.